Section PS de l'Île-Saint-Denis (93)
Section PS de l'Île-Saint-Denis (93)

Trois choses simples et une volonté politique

Par Bruno LE ROUX, Député (PS) dans l’Humanité des Débats du 1er Décembre 2007
Quartiers populaires : que peut-on faire tout de suite ?
Trois choses peuvent être faites tout de suite. D’abord, la République doit être visible dans ces quartiers et la République, dans ces quartiers, c’est l’école. Il faut arrêter de mettre en difficulté les écoles dans ces quartiers difficiles. Cela passe par le moratoire absolu des fermetures de classes. Chaque année, il faut que nous nous battions, que nous expliquions que chaque fermeture est un coup de poignard dans le coeur de ces quartiers. Plus une seule fermeture de classe dans ces endroits sensibles ! Dans chaque école primaire de ces quartiers sensibles, il faut nommer deux enseignants supplémentaires sans charge de classe. Ces instituteurs prendraient en charge la coordination du programme de réussite scolaire de l’école. Dès qu’un élève est en difficulté, il faut être capable non seulement de le détecter, mais de le prendre en charge. Ces mesures sont faciles à mettre en place, il suffit d’un peu de volonté politique.

Ensuite, il faut mettre en place un plan premier emploi pour les jeunes diplômés des quartiers. Sur ma circonscription, avec le MEDEF, j’ai créé Nos quartiers ont des talents, quand j’ai remarqué que beaucoup d’entreprises s’implantaient ici mais que cela ne profitait pas aux jeunes diplômés. C’est toute la question des discriminations qui est ainsi posée. Sans mobilisation nationale, sans aide, les jeunes diplômés des quartiers difficiles, ayant un nom à consonance particulière, galèrent trop : il leur faut cinq fois plus de temps que les autres pour trouver un emploi ! Décrocher un diplôme pour ces jeunes est pourtant la preuve d’une grande volonté de surmonter les difficultés. Et de plus, ces jeunes gens sont des leviers pour les autres : leur accès à un emploi qualifié, sûr et bien rémunéré est essentiel pour que notre discours sur l’école ne tombe pas à plat.

Enfin, je veux qu’on réfléchisse aux millions d’euros qui servent à démolir les logements sans s’occuper des personnes qui y habitent. On consacre des millions d’euros à faire des opérations d’urbanisme en pensant qu’elles vont régler des problèmes de quartier, c’est faux. Sans ignorer les problèmes d’urbanisme, je souhaite qu’on réoriente les budgets énormes prévus pour les démolitions vers des opérations de réhabilitation et des opérations de prise en charge sociale.

Pouvoir d’achat : 10 propositions PS

– Augmenter les salaires :
1- une conférence sur les salaires pour augmenter le SMIC et les rémunérations, en liant l’exonération des cotisations sociales pour les entreprises à l’augmentation des salaires;
2- un plan de rattrapage des traitements de la fonction publique;
3- une revalorisation immédiate de 5% des retraites
– Baisser les prix des produits alimentaires :
4- la répercussion en faveur des consommateurs des marges obtenues par la grande distribution;
5- une incitation fiscale pour faire baisser les prix des produits de première nécéssité (céréales, produits laitiers, fruits et légumes).
– Diminuer le coût du logement :
6- l’encadrement des loyers pour l’année 2008, indexés sur le seul coût de la vie;
7- la création d’un service public de la caution pour faciliter l’accès au logement;
8- le respect de la loi obligeant les communes à créer 20% de logements sociaux;
– Maîtriser le prix de l’énergie :
9- La baisse des taxes sur l’essence (rétablissement de la TIPP flottante);
10- la généralisation du « chèque transport », pour aider les salariés dans leurs déplacements (financé par un prélèvement sur les super-profits des compagnies pétrolières).

Tract Pouvoir d’achat recto

Tract Pouvoir d’achat verso