Section PS de l'Île-Saint-Denis (93)
Section PS de l'Île-Saint-Denis (93)

Congrès de Reims du PS : Contributions

Le Conseil national du 2 juillet a lancé la préparation du congrès de Reims du Parti Socialiste , les 14, 15 et 16 novembre prochain.

Outre le calendrier définitif du congrès, le Conseil national a eu pour but d’enregistrer et de présenter les contributions générales. Elles sont au nombre de 21. A ces contributions générales s’ajoutent les nombreuses contributions thématiques.

Une page du site de la section PS de l’Île-Saint-Denis est entièrement consacré à la préparation du congrès, vous pourrez y télécharger l’ensemble de ces contributions et le calendrier du congrès :

Congrès de Reims 14, 15 et 16 novembre 2008

Bonne lecture et bon congés.

Suppression de 13500 postes dans l’Education Nationale : Communiqué du PS

Communiqué de Claude Roiron, secrétaire nationale à l’Education et Yannick Trigance, délégué national

Le ministre Darcos vient d’annoncer la suppression de 13 500 postes dans l’Education nationale sur le budget 2009.

Au moment où le ministre diminue le temps d’enseignement des élèves, cette nouvelle attaque contre l’École publique marque une régression budgétaire sans précédent des conditions d’enseignement et d’accueil des élèves.

Si la question des moyens ne règle pas tous les problèmes, les dizaines de milliers de suppressions de postes décidées par le gouvernement ces dernières années vont inéluctablement aggraver les inégalités et porter atteinte à la démocratisation de la réussite scolaire pour tous les jeunes.
L’Éducation doit être un investissement pour l’avenir.

Le Parti socialiste demande donc au président de la République et à son gouvernement de revenir sur ces suppressions de postes et de mettre enfin l’Ecole au cœur des priorités pour aujourd’hui et pour demain.

Point de Presse du PS du 30 juin : Bruno Le Roux

Présidence Française de l’Union européenne
A la veille de la présidence, nous sommes dans un contexte nouveau, suite au non irlandais. Les priorités de la France doivent correspondre aux priorités des Français et des Européens. Il ne peut pas y avoir une présidence désincarnée vis à vis de ce non irlandais. Nous souhaitons une présidence qui à la différence de ce qu’elle a prévu donne du contenu à l’Europe sociale, par des actes concrets et redonne de l’enthousiasme européen.
Nous rejoignons la demande de la confédération européenne des syndicats pour que soit annexé au traité un protocole social, pour mettre en œuvre la clause de sauvegarde sociale pour qu’aucune directive ne vienne mettre en cause une législation nationale. Ce protocole doit permettre d’aller vers l’harmonisation sociale en Europe.
Le gouvernement doit donner de la réalité à l’engagement d’une directive cadre des services publics.
Il doit réviser ses priorités pour faire une large place à la question sociale. Enfin, il doit mettre au centre des réflexions l’énergie et la maîtrise des mutations énergétiques à venir.
Si nous donnions priorité à tout cela, alors nous aurions été utiles à mobiliser les Européens sur un projet.
A propos de la décision, attendue jeudi, de la Banque centrale européenne sur les niveaux des taux directeurs, je veux ici dire que la situation économique difficile de l’Union ne permet pas que l’on risque une augmentation de l’inflation. Aucune mesure ne doit venir anémier la croissance économique et la hausse des taux serait un risque avec des conséquences graves.

La France est dans une situation difficile car elle s’est privée de toute marge de manœuvre. Il ne faut donc rien faire qui porterait atteinte à la croissance européenne.

Le pouvoir d’achat
Le gouvernement est totalement sourd aux revendications qui portent sur le pouvoir d’achat des Français. En ce début de période estivale, je voudrais rappeler qu’au 1er juillet, tout augmente, sauf le pouvoir d’achat.
Pour la rentrée, les Français s’attendent à 15 à 20% d’augmentation de leur budget transport.
Face à cela, rien ne marche dans ce que le gouvernement met en place : ni les heures supplémentaires, ni le rachat des RTT, ni le développement de l’intéressement des salariés, n’ont permis une progression du pouvoir d’achat.

Le Parti socialiste propose au gouvernement de faire droit à trois mesures :

– la mise en place du chèque transport durant l’été pour une application à la rentrée,
– Le doublement de l’allocation de rentrée scolaire,
– La hausse de la prime pour l’emploi.

Fin de l’année scolaire
L’année passée a été difficile pour la communauté éducative. Les socialistes proposent au ministre de l’Education, tant ce qu’il a fait au cours de l’année est porteur de bouleversement pour l’année scolaire à venir :

– de revenir, durant l’été, sur la suppression par milliers des postes d’enseignants,
– de cesser d’imposer de nouveaux programmes contre l’avis des enseignants,
d’arrêter d’imposer des rythmes scolaires qui vont à l’encontre de toutes les études connues,
– de cesser de casser la carte scolaire et d’organiser dans notre pays de véritable ghettos scolaires,
– de revenir sur le démantèlement des IUFM et sur la formation pédagogique des enseignants,
– de se donner des objectifs de concertation avec la communauté éducative.

Nouveau Parti Anticapitaliste
Je dis à ceux qui sont les promoteurs de cette formation que personne n’est de trop pour s’opposer à la politique de Sarkozy.
La gauche doit s’opposer et le Parti socialiste assume ce rôle de leader de l’opposition, notamment à l’Assemblée nationale, mais nous devons aussi proposer.
Nous souhaitons mettre à la réflexion commune toute la gauche qui partage ses objectifs pour permettre demain l’alternative à la droite.
Ce n’est pas la première tentative de création d’une nouvelle force, mais la question est de savoir si c’est utile et non stérile.