Section PS de l'Île-Saint-Denis (93)
Section PS de l'Île-Saint-Denis (93)

communiqué de la fédération socialiste de Seine-Saint-Denis contre le SMA et de soutien aux maire

La fédération du parti socialiste de Seine Saint Denis est fermement opposée à la loi sur le
Service Minimum d’Accueil (SMA).
Demain, à l’occasion du mouvement syndical du 29 janvier, les préfets veulent obliger les
communes à mettre en place le service minimum d’accueil dans les écoles.
La fédération Socialiste de Seine Saint Denis considère que cette loi est une atteinte au droit
de grève des enseignants et que la mise en place de cette mesure du gouvernement est une
attaque grave contre nos libertés.
Cette loi est un effet d’annonce du Président de la République et de la majorité UMP, contre
le droit de grève, sans aucune réflexion de fond sur les conséquences de sa mise en
fonctionnement dans les communes.
Au delà de l’atteinte au droit de grève, la Fédération socialiste de Seine Saint Denis
s’interroge notamment sur les conditions de prise en charge des enfants, des responsabilités et
des conditions de sécurité (alerte incendie, plan Vigipirate, qualification des intervenants
extérieurs etc. 😉
C’est pourquoi la fédération du parti socialiste de Seine Saint Denis appelle tous les maires,
quelle soit leur appartenance politique à refuser de mettre en place le SMA le 29 janvier et
apporte son soutien à tous les maires du département qui sont menacés de poursuites
judiciaires en cas de non application du SMA.

Plus inquiétant qu’EDVIGE : le STIC

Lors de la présentation du premier rapport de contrôle «global» du STIC (qui clot dix-huit mois de contrôle dans des commissariats et tribunaux), Alex Türk, le président de la CNIL a déclaré que «Le Stic a des conséquences sociales considérables, (…) je m’inquiète davantage du Stic que d’Edvige».

D’après la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) ce fichier répertorie des informations provenant des comptes rendus d’enquêtes effectuées après l’ouverture d’une procédure pénale. Il recense à la fois les personnes mises en cause dans ces procédures et les victimes des infractions concernées. Il facilite la constatation des infractions à la loi pénale, le rassemblement des preuves de ces infractions et la recherche de leurs auteurs. Il permet également d’élaborer des statistiques.Depuis la loi du 15 novembre 2001 pour la sécurité quotidienne, le STIC peut être consulté dans le cadre des enquêtes administratives devant précéder les décisions d’habilitation des personnes en ce qui concerne l’exercice de missions de sécurité et de défense, les autorisations d’accès à des zones protégées en raison de l’activité qui s’y exerce et les autorisations concernant les matériels ou produits présentant un caractère dangereux. Cette possibilité a été étendue par la loi du 18 mars 2003 (instruction des demandes d’acquisition de nationalité française, délivrance et renouvellement des titres relatifs à l’entrée et au séjour des étrangers, nomination et promotion dans les ordres nationaux).

Lors de ses investigations dans le fichier STIC, la CNIL a constaté un taux d’erreurs d’environ 25 % et relevé que le fichier n’est actualisé que pour un cinquième des classements sans suite, un tiers des relaxes et 7% des acquittements..

La sortie du fichier est “aléatoire”, relève la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en reprochant aux juges d’instruction et aux procureurs de ne pas systématiquement transmettre l’information lorsqu’un suspect est mis hors de cause.

Dans l’attente de futures mobilisations vous pouvez lire le rapport de la CNIL rendu le 20 janvier.

Appel à la Journée Nationale de Mobilisation Nationale : Jeudi 29 Janvier 2009

Les socialistes mobilisés aux cotés des salariés pour défendre l’emploi, le pouvoir d’achat et les services publics !

La crise économique touche durement les salariés dans leurs emplois et leurs revenus mais aussi les retraités, les jeunes ou les chômeurs alors qu’ils n’en sont en rien responsables.
Ainsi, les salariés, demandeurs d’emploi et retraités, en sont les premières victimes. Cette crise menace également l’avenir des jeunes et met à mal la cohésion sociale et les solidarités.

• Le gouvernement de Nicolas Sarkozy n’a toujours pas de plan de relance à la hauteur de la crise qui s’installe QUI AFFAIBLIT UN PEU PLUS LES PLUS MODESTES.

Nous sommes en récession depuis la crise financière, le chômage augmente depuis 8 mois dont 60 000 nouveaux inscrits rien que pour le mois de novembre 2008 et nous avons encore aujourd’hui plusieurs annonces de licenciements. En Seine-Saint-Denis, la population est confrontée de plein fouet à cette crise.
Des secteurs comme l’automobile sont d’ores et déjà touché.
– Les crédits accordés aux banques devaient l’être en contrepartie d’actions. L’État aurait dû entrer dans les conseils d’administration et comme il n’y est pas il n’a aucune prise sur les crédits.
– Le budget de rigueur préparé par le gouvernement rajoute de la crise à la crise.
– Ni les emplois aidés, ni les quelques contrats de transition ne sont à la hauteur de l’enjeu.
– Le problème majeur est le pouvoir d’achat, et c’est ce qui bloque la relance de la consommation. Sur ces sujets, aucune annonce importante.
– Rien sur le logement, rien sur les investissements publics.
C’est un plan dénué d’ambition, tant les éléments majeurs de relance économique ne sont pas à la hauteur.

• SURMONTER CETTE CRISE IMPLIQUE DES MESURES URGENTES D’UNE AUTRE NATURE QUE CELLES PRISES PAR LE GOUVERNEMENT.
Les socialistes souhaitent dénoncer l’accroissement des inégalités et porter haut et fort des propositions alternatives à celles de Nicolas Sarkozy :
– Défendre l’emploi public – privé
– Relancer le pouvoir d’achat par la l’augmentation de salaires ;
– Relancer le secteur du logement social ;
– Accompagner les collectivités locales qui représentent 73 % des investissements publics ;
– Défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale ;
– Prendre en compte l’exigence sociale dans les aides attribuées aux entreprises ;
– Préparer une relance coordonnée au niveau européen par un grand programme sur les infrastructures
– Promouvoir des services publics de qualité.

    AVEC LES SOCIALISTES ET AUX COTÉS DES ORGANISATIONS SYNDICALES, PARTICIPEZ À LA JOURNÉE NATIONALE DE MOBILISATION INTERPROFESSIONNELLE
    LE JEUDI 29 JANVIER 2009

Pour visualiser le tract du Parti socialiste de seine-St-DenisAppel PS 290109

Gaza : Communiqué du PS de Seine-St-Denis

Les socialistes de Seine-Saint-Denis demandent un cessez-le-feu immédiat à Gaza et appellent à la responsabilité face aux risques d’instrumentalisation de ce conflit.

La fédération socialiste de Seine-Saint-Denis appelle à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et condamne l’intrusion terrestre israélienne, en réponse aux tirs de roquettes du Hamas sur le sud d’Israël, que le Parti socialiste avait déjà eu l’occasion de dénoncer.

Cette offensive militaire fait aujourd’hui des centaines de morts et de blessés dans la population civile à Gaza, qui connait une situation humanitaire effroyable. Parce que l’usage de la force n’aboutira pas à la résolution de ce conflit, les socialistes sont convaincus que seule une solution politique peut permettre de parvenir à une paix durable dans cette région, qui garantira à la fois la sécurité d’Israël et la création
d’un État palestinien viable.

C’est pourquoi nous appelons solennellement au retrait des troupes israéliennes à Gaza et l’arrêt des tirs de roquette du Hamas afin de viabiliser la création d’un couloir humanitaire et l’installation d’une force internationale de protection. Pour cela, nous demandons au gouvernement d’engager une véritable démarche collective
de l’Union européenne auprès du conseil de sécurité de l’ONU afin qu’une
résolution contraignante pour toutes les parties soit prise.

Nous appelons également à la responsabilité républicaine de tous les acteurs associatifs, citoyens et politiques afin d’éviter toute instrumentalisation du conflit israélo-palestinien en France, et plus particulièrement en Seine-Saint-Denis où la diversité a toujours été synonyme de tolérance et de dialogue, en veillant à ne pas faire du conflit politique au Moyen-Orient un conflit religieux dans notre pays.

Gaza : refusons toute instrumentalisation communautaire

    Déclaration commune à l’initiative de la LDH et de la Ligue de l’enseignement, co-signée par le PS

carte Gaza
Le conflit israélo-palestinien est une fois encore entré dans une phase dramatique. Ce conflit n’est ni religieux ni « ethnique », mais bien politique et territorial : l’engrenage de la violence dont les populations civiles sont les premières victimes s’enracine dans l’aggravation, depuis des décennies, du sort insupportable fait au peuple palestinien. Rien ne peut justifier les attaques – d’où qu’elles viennent – dirigées contre les civils. Mais chacun sait, au-delà de la condamnation nécessaire de tout crime de guerre, que la paix ne pourra advenir sans justice, cette paix par le droit hors de laquelle aucun des deux peuples ne pourra vivre un avenir humain.

Les 900 morts palestiniens des deux dernières semaines, dont de très nombreux civils, victimes des bombardements et de l’offensive de l’armée israélienne à Gaza, comme les 34 morts israéliens des cinq dernières années victimes de tirs de roquette du Hamas, ne peuvent que soulever une émotion légitime. En France, nous constatons que la sensibilité à cette actualité tragique s’exacerbe. Trois actes inacceptables ont été commis à l’encontre de synagogues à Toulouse et à Saint-Denis et contre une collégienne à Villiers-le-Bel. Ces actes sont heureusement des faits isolés. Mais la réaction des autorités politiques françaises qui s’en remettent aux instances religieuses pour prévenir la violence n’est ni admissible sur le terrain de la laïcité ni de nature à prévenir les dangers qu’elles invoquent. De même, l’organisation d’une manifestation communautaire de soutien à l’un des deux protagonistes du conflit, même si elle est restée isolée, renforce le risque que l’expression des indignations et des solidarités mette face à face des communautés dont les membres seraient collectivement assimilés à l’un des deux camps.

Cette transposition qui enfermerait la liberté de conscience et d’expression des individus concernés dans une assignation à résidence communautaire ou religieuse serait porteuse de graves dangers pour le vivre ensemble. Il n’est pas question de remettre en cause la capacité à s’indigner de ce qui se joue en Palestine, ni l’expression de telle instance communautaire dans le débat public qui n’a rien d’illégitime en elle-même, mais de refuser une logique de transposition dans la société française des conflits et des haines qui déchirent le Proche-Orient.

Sans alarmisme mais avec vigilance, les organisations soussignées, attachées au respect de l’égale liberté de chacun, refusent toute mise en scène d’un prétendu « conflit de civilisations » et rappellent qu’aucun individu ne peut être étiqueté, stigmatisé ou agressé en raison de ses origines ou de sa foi, et que les manifestations d’intolérance, de racisme et d’antisémitisme, loin de servir les causes que leurs auteurs disent soutenir, les salissent et mettent en danger la vie démocratique.

C’est dans cet esprit que les unes et les autres continueront à défendre le respect des droits de l’Homme, du droit international et du droit de tous les peuples à disposer d’eux-mêmes et à vivre en paix dans des frontières sûres et reconnues.

Premiers signataires : ACLEFEU, ALEFPA, Association des Libres Penseurs de France, Association du Manifeste des libertés, Cercle Gaston-Crémieux, CFDT, CGT, Collectif Avenir laïque, FSU, Ligue des droits de l’Homme, Ligue de l’Enseignement, Mouvement de la Paix, Parti communiste français, Parti de gauche, Parti socialiste, Solidarité Laïque, Unef, Union rationaliste, Union syndicale solidaires, Les Verts.

Cérémonie des voeux de Mathieu Hanotin

      Mathieu Hanotin, notre conseiller général
      et vice Président du conseil général,
      tiendra la cérémonie de voeux de son canton
      le SAMEDI 17 JANVIER à partir de 17h
      à L’ESPACE JEUNE, 32 rue du Bocage.

Le plan pour s’y rendre :

Agrandir le plan
Pour visualiser la lettre de voeux de Mathieu Hanotin cliquez sur l’image :Voeux mathieu Hanotin

Déclaration du groupe socialiste européen sur la situation à Gaza

Voici la version française de la déclaration du groupe PSE sur Gaza, suite aux discussions hier dans le groupe et adoptée par le bureau du PSE et les chefs de délégation.

Le Groupe

1. Exprime sa plus profonde indignation face aux violences dans la bande de Gaza, aux conséquences de l’usage disproportionné de la force par l’armée israélienne et à l’escalade militaire à l’origine de centaines de victimes, pour la plupart civiles, y compris de nombreux enfants. Déplore profondément que des civils et des installations des Nations Unies aient été frappés. Appelle Israël à respecter ses obligations en matière de droit international et de droit humanitaire international et à permettre à la presse internationale de suivre les événements sur le terrain. Appelle le Hamas à cesser les tirs de roquettes et à prendre ses propres responsabilités, en s’engageant dans un processus politique visant à restaurer le dialogue inter-palestinien et à contribuer au processus de négociations en cours.

2. Appelle à un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel. Le cessez-le-feu, qui devra englober le retrait des territoires réoccupés ces derniers jours et une trêve négociée, devra être garanti par un mécanisme établi par la communauté internationale. Ceci devra prévoir le déploiement d’une force multinationale le long des frontières de la bande de Gaza, incluant des pays arabes et musulmans. Invite l’Union Européenne à appuyer tout accord atteint par le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

3. Demande avec force aux autorités israéliennes de permettre que les vivres, l’aide médicale d’urgence et le carburant soient délivrés à la bande de Gaza par l’ouverture des points de passage, et la levée du blocus. L’annonce de l’ouverture d’un couloir humanitaire à Rafah est une première étape à mettre en place d’urgence. Appelle les institutions de l’Union Européenne et autres donateurs, à fournir une aide adéquate face aux besoins croissants, en coopération avec les Nations Unies et les ONG, et demande à Israël de ne pas compromettre cet effort humanitaire essentiel. Cette aide devra contribuer à la reprise graduelle de l’économie de base dans la bande de Gaza, et à la restauration de conditions de vie décentes pour les palestiniens, en particulier les jeunes.

4. Considère que la reprise immédiate du “Agreement on Movement and Access” (AMA) et des “Agreed Principles for Rafah Crossing” (APRC) conclus en septembre 2005 par l’Egypte, Israël et l’Autorité palestinienne après le désengagement unilatéral israélien de la bande de Gaza doit être garantie sans restrictions. L’Union Européenne pourrait apporter une contribution essentielle à cette fin, en relançant sa mission de monitoring à Rafah.

5. Réaffirme qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit israélo-palestinien et considère que le temps est venu pour un accord de paix durable et complet sur base des négociations conduites à ce jour par les deux parties. Une conférence internationale promue par le Quartette et avec la participation de tous les acteurs régionaux, sur base du précédent accord conclu entre israéliens et palestiniens, pourrait contribuer à atteindre cet objectif. Considère que des efforts renouvelés pour la réconciliation inter-palestinienne sont une étape essentielle.

6. Insiste à nouveau sur la fait que tout rehaussement des relations politiques entre l’Union Européenne et Israël doit être strictement conditionné par le respect du droit humanitaire international, par un réel engagement en faveur d’un établissement complet de la paix, par la fin de la crise humanitaire à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, et par le respect d’une mise en place complète de l’accord d’association intérimaire EC – PLO. Aussi longtemps que la situation demeure aussi critique, le Groupe Socialiste maintiendra sa position négative concernant le vote par le Parlement Européen de l’avis conforme sur une participation accrue d’Israël aux programmes CE.

7. Est préoccupé par les sérieuses conséquences de la résurgence du conflit dans la vie quotidienne des citoyens de la région et sur les espoirs d’une paix durable dans l’ensemble du Moyen Orient. Souligne le risque de mettre à mal la compréhension mutuelle et le dialogue entre toutes les communautés en Europe.

8. Appelle urgemment à un rôle politique renforcé et uni de l’union Européenne comme ce fut le cas lors de la crise du Liban en 2006 et lors de la récente crise entre la Géorgie et la Russie. Dans le cadre de son action, l’UE doit saisir l’occasion de coopérer avec la nouvelle administration des Etats-Unis afin de mettre un terme au conflit grâce à un accord basé sur la solution de deux Etats, donnant aux israéliens et aux palestiniens la possibilité de vivre côte à côte en paix et en sécurité. Ceci contribuera grandement à l’objectif d’une nouvelle et pacifique structure régionale de sécurité au Moyen Orient.

9. Invite activement ses Membres à promouvoir une campagne politique adressée à l’opinion publique européenne, en coopération avec les partis socialistes européens et les autres mouvements progressistes et ONG, basée sur un vigoureux appel pour la paix au Moyen Orient.

Appel à la mobilisation contre la privatisation de la Poste

Le Parti Socialiste et sa section de l’Île-Saint-Denis, appellent ses militants, ses élus et la population à se mobiliser dans le cadre de la journée d’action nationale du 10 janvier contre la privatisation de la Poste.

Nous vous encourageons à signer la pétition du comité national contre la privatisation de la poste.

A suivre : le communiqué de Razzy Hammadi, secrétaire national du PS aux services publics

La Commission Ailleret a remis son rapport le 17 décembre, en catimini, sans avoir obtenu de consensus et concluant sans surprise à la transformation de son statut en société anonyme ouvrant la voie à la privatisation.

Le Parti socialiste par la voix de son Secrétaire nationnal aux services publics, Razzy Hammadi, de son représentant au sein de la Commission, François Brottes, se sont élevés à maintes reprises contre cette mascarade de négociation, les conclusions étant, semble t’il, écrites avant même la fin de la mission confiée a Mr Ailleret.

Les propos du Président de la République ont mis à jour les vraies ambitions du pouvoir et de la Direction de La Poste : privatisation. «La Poste changera de statut » (19/12/2008), capitaux publics pour commencer, comment pouvait il en être autrement en ces temps de crises, mais qu’en sera t’il en des jours meilleurs, les opérateurs privés se verront offerts sur un plateau une entreprise performante et productrice de richesse.

L’abandon du service public de La Poste est une erreur économique, une erreur industrielle et une erreur sociale. Nous ne pouvons accepter cela, nous ne pouvons laisser faire cela.

Le Parti socialiste, en partenariat avec le Comité national contre la privatisation de La Poste, a donc décidé de prendre une part active à l’action qui sera mené ce samedi 10 janvier. Elle vise à sensibiliser les Français et à les associer à la lutte des agents de La Poste pour refuser les projets de la direction de La Poste et du gouvernement.

Le Parti socialiste demande donc à tous ses militants de se retrouver ce samedi devant leur bureau de poste pour faire signer la pétition contre cette privatisation. Plus nombreux nous serons, plus forte sera la contestation, plus nous ferons entendre que ces projets vont à l’encontre de l’intérêt général.

Dans le cadre de cette action nationale, Martine Aubry, Première secrétaire du Parti socialiste, et Razzy Hammadi, Secrétaire national aux services publics, iront à la rencontre des Lilloises et des Lillois.

Conflit Israëlo-Palestinien : la position du PS

Le Parti socialiste, depuis toujours, vise à la fois l’existence d’un état palestinien viable et la sécurité d’Israël. Aujourd’hui, la situation au Proche-Orient remet en cause cet objectif et appelle une position franche du PS. Voici en intégralité le communiqué de presse issu du bureau national du 6 janvier.

Le Parti socialiste a toujours poursuivi une politique pour une paix durable au Proche-Orient fondée sur la création d’un État palestinien viable et l’assurance de la sécurité pour l’État d’Israël, deux États qui coexistent et se reconnaissent mutuellement.

C’est au regard de cet objectif que le Parti Socialiste considère qu’il n’existe pas de solution militaire à cette situation mais seulement une solution politique. Il condamne aujourd’hui fermement l’intervention terrestre israélienne en réponse aux tirs de roquettes du Hamas sur le Sud d’Israël qu’il a toujours condamnés.

Aujourd’hui, l’offensive militaire continue et fait des centaines de morts et de blessés dans la population civile à Gaza, qui connaît une situation humanitaire effroyable. Cette escalade de violence met en danger toute la région, et, au-delà, peut avoir des répercussions jusque dans notre pays.

Le Parti socialiste exige un cessez- le-feu immédiat, un couloir humanitaire, le retrait des troupes israéliennes hors de Gaza, l’arrêt des tirs de roquette sur Israël et l’installation d’une force internationale de protection. Les socialistes demandent au Président de la République et au gouvernement français de porter au Conseil de Sécurité de l’ONU de manière coordonnée avec l’Europe, l’exigence d’une résolution contraignante pour les deux parties sous peine de sanctions.

Le Parti socialiste considère que c’est toute la communauté internationale qui doit se mobiliser pour aider les protagonistes à trouver une solution de paix durable dans la région. Au-delà,le Parti Socialiste souhaite que l’action diplomatique de la France puisse se développer dans le cadre européen et travailler avec la nouvelle administration américaine pour trouver ensemble une solution internationale pérenne au Proche-Orient. Le Parti Socialiste propose une réunion exceptionnelle du Parti socialiste européen (PSE) pour aboutir à une position commune des socialistes dans toute l’Europe.

Bonne année 2009

La section de l’Île-Saint-Denis du Parti Socialiste, les élus socialistes : Sophie Mariotte, Christophe Rosé – les Conseillers Municipaux, Mathieu Hanotin – Conseiller Général et Bruno Le Roux – Député, vous souhaitent une bonne et heureuse année 2009.

Christophe Rosé
Secrétaire de Section

Voeux P 2009